Identifiez-vous :

Mot de passe :


Mot de passe perdu
Nous rejoindre
Retour  l'accueil
 
Le club TSF Le magazine Petites annonces Bonnes adresses Radiomail Schémathèque Je suis perdu
 
Le magazine
Radiofil magazine est le seul magazine français de TSF à proposer 68 pages tous les deux mois.
> Présentation du magazine
> Le dernier magazine
> Anciens numéros de Radiofil magazine
> Anciens numéros du Bulletin de l'AEA
> Anciens numéros du Bulletin de l'AEA 1re série
> Anciens numéros de Rétro-phonia magazine
> Rechercher un article dans le sommaire général
> Articles en téléchargement
 
Navigation
Événements
> Agenda des bourses et expos TSF
> Comptes-rendus de bourses et expos TSF
> Annoncez votre manifestation
Schémathèque, notices, documentation
> Accéder au service
> Contenu des CD et DVD Rétrodocs
La boutique radiofil
> Librairie
> Composants
> CD et DVD-roms
> Boîtes de tubes vides
> Reliures pour le magazine
Téléchargements
> Calcul d'un cadre à deux enroulements
> Articles du magazine
Radiomail
Rétro-forum, le forum des passionnés de TSF
Magazine
> Présentation du magazine
> Le dernier magazine
> Les anciens numéros de Radiofil magazine
Adresses utiles
> Boutiques TSF
> Musées
> Associations et radio-clubs
Sites web sur la TSF
> France
> Europe
> États-Unis
> Autres pays
Qui sommes-nous ?
> Présentation du club
> Trombinoscope
> Tarif des adhésions
> Adhérer en ligne
> Comment nous rejoindre
> Nous contacter
 
 

Présentation
Sommaire du magazine
Sommaire général
Soumettre un article
Téléchargement
Sommaire du Bulletin de l'AEA série normale 113
<< Précédent juillet-septembre 2003 Suivant >>
Couverture magazine
 

Pages techniques :
À propos du montage ultra-linéaire : Mea culpa, la mémoire à l'épreuve de… de R. Houzé.
Dans l'article "Triode ou pentode ? Telle est la question", l'auteur, Roger Ch. Houzé, a attribué à M.D.N.T. Williamson la paternité de l'amplificateur "ultra linéaire". C'est évidement une bourde monumentale dont il s'excuse, ayant parfois la mémoire défaillante et, surtout, celle-ci ayant été ravivée par une publicité de 1954 qui vantait les mérites d'un montage Williamson push-pull à prise d'écran de tétrodes.

Presse rétro :
Echos d'antan : de l'académie des Sciences
Prefectionnement de la télégraphie sans fil. Télégraphie sans fil en aérostat.

TSF militaire :
Transmissions militaires 1935-1945 de E. Codechevre.
Les transmissions françaises
L'article dont la première partie est présentée ici, en rappelant brièvement le contexte politique, économique et les structures de décision intervenant dans la définition des équipements, propose quelques éléments d'explication à la disparité des matériels de transmission radio des divers belligérants.

Histoire des hommes :
Au-delà de l'horizon de P. Demerseman, R. Foster.
Le 12 décembre 1901, Marconi réussissait à transmettre un signal radio au-dessus de l'océan Atlantique sur une distance de 3430 km, démentant ainsi les assertions de ceux qui affrimaient que les ondes radio, étant de même nature que les ondes lumineuses, ne pourraient jamais franchir la ligne d'horizon.

Histoire des techniques :
Histoire de loupiotes de J.-C. Montagné.
Voici l'histoire de la promotion de la lampe à trois électrodes au rôle de vedette dans la radiotélégraphie militaire française. Son invention, en décembre 1906 par Lee de Forest, sous le nom d'audion, n'avait pas sucité beacoup d'interêt. Au printemps 1914, le commandant Gustave Ferrié, commandant le Régiment de Télégraphie de l'Arme du Génie, fait un voyage aux USA, il rencontre Reginald A. Fessenden qui travaillait pour la Sub marine Signal Compagny et utilise des audions sur des amplificateurs à trois étages fabriqués par de Forest et qui, selon l'avis de quelques officiers américains, paraissaient intéressants.

La page des OM :
Pourquoi a-t-on voulu tuer le Morse ? de R. Houzé.
Que nos lecteurs se rassurent : le Morse n'est pas mort, il n'est que moribond ! "On" a fait tout pour cela depuis le développement prodigieux du téléphone portable, de l'Internet et des liaisons par satellite. Ce progrès, car cela en est effectivement un, est techniquement justifié mais au prix d'une complexité technologique qui rend quasiment inaccessible à tout un chacun la compréhension du codage précédant l'émission de l'information. Tâche ardue que nous allons nous efforcer d'entreprendre dans cette suite d'articles afin d'en comparer les applications et de tenter de conclure.
Histoire des indicatifs radioamateur de A. Ribot.
Au début des expériences de liaisons par télégraphie sans fil, l'identification de la station émettrice se faisait de façon libre et suivait ce qui était déjà utilisé sur des lignes télégraphiques filaires.

Le club TSF Le magazine Petites annonces Bonnes adresses Je suis perdu Schémathèque Agenda des manifestations Comptes-rendus Liens Espace adhérents
© Radiofil 2004 - 2017