Login:

Password:


Lost password
How to join us
Retour ? l'accueil
 
The club The magazine Classified ads Useful addresses Radiomail Schematics library I am lost
 
Wireless diary
Day after day, find the wireless events: exchange markets, exhibitions, junks, sales, fairs related to radio, sound reproduction, ham, etc. :
> On your diary...
The illustrated reports of the most oustanding events :
> Reports of junks, exhibitions, etc.
Organizers, members... partagez une info avec les radiofilistes
> Announce an avent
 
Surfing
Événements
> Radio junk and exhibition diary
> Radio junk and exhibition reports
> Event announcement
Schémathèque, notices, documentation
> Accéder au service
> Contenu des CD et DVD Rétrodocs
La boutique radiofil
> Library
> Composants
> CD et DVD-roms
> Boîtes de tubes vides
> Reliures pour le magazine
Téléchargements
> Calcul d'un cadre à deux enroulements
> Articles du magazine
Radiomail
Rétro-forum, le forum des passionnés de TSF
Magazine
> Présentation du magazine
> The latest magazine
> Les anciens numéros de Radiofil magazine
Useful addresses
> Radio shops
> Musées
> Associations and radio-clubs
Websites about radio
> France
> Europe
> États-Unis
> Other countries
Who are we ?
> Présentation du club
> Portrait gallery
> Tarif des adhésions
> Adhérer en ligne
> How to join us
> Contact us
 

Wireless diary
Reports
Announce an avent
 
<< Back to event list
19th March 2013

Charvieu-Chavagneux (38) — Radiofilexpo

This report has been published in the issue No. 56 of Radiofil magazine.
  • photo 1
  • photo 2
  • photo 3
  • photo 4
  • photo 5
To stop scrolling, fly over the photos with the mouse. Click on a thumbnail to enlarge.
Nouveau sans faute pour les Radiofilistes de l’Isère et l’équipe de Paulette qui organisaient la onzième édition de Radiofilexpo du 19 au 24 mars dans la vaste salle mise à leur disposition par la municipalité de Charvieu-Chavagneux. La dynamique association iséroise a cette année encore géré de main de maître le doublé bourse et exposition. Expo­sition que je vous convie à parcourir. Suivez le guide...
 
Tout d’abord, honneur au doyen en âge (virtuel) puisque l’intemporel Bernard Thomas, sous les traits d’un courtisan de Louis XV réédite de manière ludique et didactique les expériences de l’abbé Nollet. Cette incursion dans le temps qui nous transporte près de trois siècles en arrière captive l’assistance des têtes blondes (et des têtes grises aussi !) Dans la lumière tamisée de la salle, le carreau magique, le globe étincelant ou l’œuf électrique nous ramènent de façon poétique au XVIIIe siècle, aux prémices de ce que l’on nommera plus tard la Fée Électricité qui doit tant à ces pionniers du bien nommé siècle des Lumières.
 
Quelques mètres plus loin, c’est l’un des régionaux de l’exposition, Fabrice Babola qui expose sa collection de microphones aux marques souvent prestigieuses : Turner, Shure, Melodium. Quant à son juke-box Seeburg, il sonorise sans défaillance la salle et crée des rassemblements de nostalgiques, comme au plus fort des années soixante. Chacun retrouve le plaisir d’enfoncer les touches ivoire pour sélectionner le 45 tours qui le ramène avec émotion quel­ques décennies en arrière.
 
Continuons le circuit avec le Géo Trouvetout de l’association, Jean-Paul Cipierre toujours à l’affût de quelque article dans une revue ancienne, point de départ d’une création originale. C’est le cas de ce simple récepteur transformé pour l’occasion en émetteur Radio-Charvieu et qui met la salle d’exposition à l’écoute de France Bleu sur les Petites Ondes.
 
Nous abordons ensuite le stand du « professeur » Jean Cudraz qui a pour un temps préféré aux expériences scientifiques une remarquable collection franco-américaine de récepteurs. Les Ducretet, Lemouzy, Radio LL, Grillet et autres Radio Stanislas côtoient sans complexes des récepteurs cathédrales, bornes ou buildings de prestigieuses marques telles que Atwater-Kent, American Bosch ou Zénith. Une mention particulière pour cette dernière marque dont le modèle exposé est doté d’un spectaculaire changement de gamme à diaphragmes qui font ressembler son large cadran aviation à un objectif photographique géant.
 
Encore quelques mètres et nous faisons face à la scène intégralement occupée par les appareils de Bart Kok. Ce sympathique collectionneur n’a pas reculé devant les kilomètres pour nous faire découvrir une enfilade d’une trentaine de références de récepteurs, haut-parleurs et autre Porteldisc de la marque Philips majoritairement des années 1929-1933 dont certaines ne figurent que rarement dans les expositions nationales. Toutes les séries sont représentées et l’on doit souvent solliciter Bart pour identifier un rare modèle.
 
Le stand suivant est celui de Paulette Dezempte qui continue d’entretenir la flamme avec une partie de la collection de récepteurs Ducretet du regretté Léon à côté de laquelle trône la réalisation personnelle de Paulette, récepteur à réaction PO-GO à une lampe recevant sur haut-parleur ou casque.
 
Inséparable de sa présidente de belle-mère, Patrick Cartier nous fait découvrir le côté ludique de la téléphonie contemporaine au travers de novelties bigarrées qui rivalisent d’originalité visuelle... et sonore. Mickey, Garfield, Titi, Gros Minet, Daffy Duck voisinent sans souci d’anachronisme avec des téléphones anciens U43 en bakélite ou des téléphones à colonne.
 
Dépaysement complet à la table suivante et voyage à l’est cette année pour les émetteurs-récepteurs militaires de Jean-Michel Roussiau encore utilisés lors du conflit Iran-Irak. La sérigraphie cyrillique qui orne ces encombrants matériels ne laisse pas de doute sur leur origine. On y retrouve la culture de l’espionite propre aux appareils du bloc soviétique.
 
Suite de la visite vers le carré central de la salle et les récepteurs et appareils scientifiques de Jean-Claude Guers.
 
Forte représentation des récepteurs des années 1925-1930 avec les marques Ducretet, Lemouzy, Lespagnol. Sans marque, un imposant récepteur C119 est réalisé en plaques d’ébonite de 10 mm sur les 6 faces. Difficilement concevable aujourd’hui !
 
Anachronique au milieu de ces nonagénaires, un Zénith Trans-Océanic se démarque par sa livrée noir et or et son impressionnante antenne télescopique 7 brins. Récep­teur témoin des grandes traversées en paquebot dans les années cinquante et qui lui ont laissé son nom.
 
Puis, place au laiton, verre et bois précieux avec quelques vénérables et néanmoins rutilants instruments scientifiques : bouteille de Leyde, galvanomètre vertical G.Trevet, machine électrostatique de Ramsden, enregistreur morse à ruban.
 
Sur la table contiguë Bernard Picot nous fait découvrir une collection éclectique de récepteurs des années trente-quarante : Celard-Ergos, Le Régional, Jackson Bell (Peter Pan Junior), Kiki radio... À quelques mètres, trône dans l’allée la machine de Wimshurst dont la manivelle ne cesse d’être sollicitée par les curieux qui découvrent ou redécouvrent les propriétés de l’électrostatique.
 
Autre régional de l’exposition Sylvestre Fratello qui réalise le grand écart en matière de collection, puisqu’il nous gratifie à la fois d’une impressionnante collection de récepteurs novelties du XXIe siècle... et de gramophones et phonographes.
 
La mesure n’est pas oubliée puisque Michel Guy réalise une rétrospective de la mythique firme américaine Heathkit au travers d’appareils dédiés au contrôle et au dépannage : générateurs, signal tracer, volt­ohmmètre électronique, dipmètre, testeur de condensateurs...
 
Dans le hall d’entrée pour des raisons pratiques, les radioamateurs représentés par le radioclub de la MJC de Tullins F6KJJ, avec Michel Pirat aux manettes ont installé antenne et récepteur pour établir quelques contacts.
 
Fin de la visite. Cette année encore, les maîtres mots de cette exposition sont diversité, renouvellement, participation qui ne peuvent qu’encourager les Radiofilistes de l’Isère à réitérer l’expérience. À déplorer toutefois comme chaque année la désaffection des scolaires, des professeurs… et de l’éducation nationale en général, oublieux qu’ils sont que la technologie actuelle en matière de télécommunication doit beaucoup aux hommes et aux techniques du passé.
 
Rendez-vous pour la douzième, donc !
 
Les remerciements ne sont souvent qu’une courtoise formalité et une maigre récompense pour celui qui les reçoit eu égard au travail accompli. C’est cependant le seul moyen de témoigner notre gratitude lorsque l’on est une association de bénévoles. Et puisque les écrits ne s’envolent pas, rendons un hommage dans le magazine aux acteurs de cette exposition, en premier lieu à la municipalité et à ses personnels dont l’apport est vital, aux exposants qui se dévouent souvent depuis des années pour faire vivre cette manifestation, au « club des filles », Jodie, Joëlle, Paulette, Sylvie, Virginie dont la disponibilité, le dynamisme, et parfois l’opiniâtreté ont fait de cette onzième édition un onzième succès, à l’omniprésence du maître d’œuvre Sylvestre dont il est devenu banal de dire qu’il est indispensable et enfin aux visiteurs venus nombreux.

The club The magazine Classified ads Useful addresses I am lost Schematics library Planning of events Reports Links Member area
© Radiofil 2004 - 2017