Login:

Password:


Lost password
How to join us
Retour ? l'accueil
 
The club The magazine Classified ads Useful addresses Radiomail Schematics library I am lost
 
Wireless diary
Day after day, find the wireless events: exchange markets, exhibitions, junks, sales, fairs related to radio, sound reproduction, ham, etc. :
> On your diary...
The illustrated reports of the most oustanding events :
> Reports of junks, exhibitions, etc.
Organizers, members... partagez une info avec les radiofilistes
> Announce an avent
 
Surfing
Événements
> Radio junk and exhibition diary
> Radio junk and exhibition reports
> Event announcement
Schémathèque, notices, documentation
> Accéder au service
> Contenu des CD et DVD Rétrodocs
La boutique radiofil
> Library
> Composants
> CD et DVD-roms
> Boîtes de tubes vides
> Reliures pour le magazine
Téléchargements
> Calcul d'un cadre à deux enroulements
> Articles du magazine
Radiomail
Rétro-forum, le forum des passionnés de TSF
Magazine
> Présentation du magazine
> The latest magazine
> Les anciens numéros de Radiofil magazine
Useful addresses
> Radio shops
> Musées
> Associations and radio-clubs
Websites about radio
> France
> Europe
> États-Unis
> Other countries
Who are we ?
> Présentation du club
> Portrait gallery
> Tarif des adhésions
> Adhérer en ligne
> How to join us
> Contact us
 

Wireless diary
Reports
Announce an avent
 
<< Back to event list
2nd March 2004

Charvieu-Chavagneux (38) — Radiofilexpo

This report has been published in the issue No. 1 of Radiofil magazine.
  • photo 1
  • photo 2
  • photo 3
  • photo 4
  • photo 5
  • photo 6
  • photo 7
  • photo 8
  • photo 9
  • photo 10
  • photo 11
  • photo 12
  • photo 13
  • photo 14
  • photo 15
  • photo 16
  • photo 17
  • photo 18
  • photo 19
  • photo 20
  • photo 21
  • photo 22
  • photo 23
  • photo 24
To stop scrolling, fly over the photos with the mouse. Click on a thumbnail to enlarge.
Cette année 2004, la ville de Charvieu-Chavagneux a connu la deuxième édition de l’exposition, comme nous nous y étions engagés auprès de Monsieur Gérard Dézempte, maire de la ville et Conseiller Général de l’Isère, à qui nous devons un grand merci pour son aide précieuse et encourageante.
 
Le maire a inauguré officiellement notre exposition le jeudi 4 mars et a été très satisfait de la présentation des appareils dans la grande salle de l’espace Roger-Gauthier.
 
La salle voisine, dédiée à Alain Mimoun, a reçu la bourse du samedi honorée de la présence du président de Radiofil : Daniel Werbrouck accompagné de son épouse et de nos autres amis.
 
A la demande du maire, nous avions organisé un certain nombre d’animations à l’intention des enfants des écoles. Classes de CP et CM se sont succédé. Il y en a eu 11 dans la semaine ce qui représente plus de 200 gamins et leurs maîtresses.
 
Nous avions aménagé le centre de cette salle avec des chaises où les enfants se reposaient. Ils se sont empli les yeux des expériences que notre excellent ami Bernard Thomas leur a présentées.
 
Bernard Thomas est un grand habitué de ces petits spectacles qu’il prodigue dans les environs de Chambéry où il demeure. Il nous est venu avec une foule d’appareils d’électricité an­cienne qu’il cons­truit lui-même pour la plupart d’entre eux, et c’est du travail d’artiste. Il fallait entendre les cris et les rires aux éclatements de la machine de Wim­shurst et aux crissements du générateur de très haute tension grâce au­quel il faisait dres­ser les cheveux sur la tête d’une maîtresse d’école juchée sur un tabouret isolant.
 
Il est certain que ces gamins retiendront bien des choses des drôles de lumières, des carreaux étincelants, de l’araignée de Franklin, du carillon électrique et de ce monsieur habillé en costume Louis XV avec un tricorne à plumes qui allumait un tube fluo en le tenant par un bout.
 
À mon tour de prendre la classe en charge. Avant tout, nous faisions un parcours autour d’une table sur laquelle étaient disposées des affichettes résumant l’histoire des communications en une vingtaine de tableaux illustrés. Cela est destiné à montrer aux enfants (et aussi aux grands) que tout ce qui nous est aujourd’hui si utile pour communiquer entre nous, n’avait pas été déposé hier à nos pieds par je ne sais quel mystérieux oiseau. Il fallut que bien des personnages s’en occupent et je n’ai pas manqué d’insister sur le fait que la France en particulier et d’autres pays d’Europe ont été et sont encore en bonne place.
 
En passant devant Samuel Morse ou devant Charles Cros, il était important de leur indiquer que l’un était un grand peintre et l’autre un poète pour leur dire que d’avoir un métier n’empêchait pas d’inventer dans un autre domaine.
 
Après cela, la petite classe était invitée à voir les expériences d’électromagnétisme et autres curiosités présentées par votre serviteur. C’était un oscilloscope branché sur un microphone qui leur montrait les vibrations de leur parole suivi par les vibrations graves d’un diapason de cours de physique.
 
Pour leur montrer la radio des premiers âges, l’étincelle de Hertz détectée à quelques mètres de là par un récepteur de Branly les surprenait quand je leur expliquai que les premiers messages étaient transmis par ces moyens rudimentaires. Évidement, cela conduisait à la radiotélégraphie Morse qui a été si utile aux navigateurs avec le SOS qui sauva bien des marins.
 
L’électromagnétisme montré par l’expérience, sans entrer dans le discours incompréhensible par des petits, les étonnait avec ces bobines qui se rapprochent ou s’écartent.
 
Quant au disque de Newton qui devient presque blanc en tournant vite alors qu’il est coloré en 7 secteurs des couleurs de l’arc-en-ciel, plus d’un l’a découvert. Les trois couleurs fondamentales sur l’autre face du disque permettaient de leur laisser entrevoir pourquoi le téléviseur donne tout le registre avec ces trois couleurs bien dosées.
 
Pour les amuser, et cela a très bien fonctionné, j’avais construit un coffret éclairé, contenant un bijou de fantaisie. Si on passait la main pour saisir le bijou, la sonnette retentissait aussitôt. Inutile de dire que les fillettes poussaient un cri et que les garçons tentaient de contourner les défenses optoélectroniques de l’appareil.
 
Bien entendu, l’exposition était parcourue rapidement par les petits, mais non par les grands qui se sont attardés longuement devant tous les appareils apportés par nos amis. Sans préséance, commençons par une extrémité. Léon Dézempte avait aligné plusieurs récepteurs de Ducretet-Thomson et de Grammont, marque bien connue dans la région pour y avoir fabriqué des lampes pendant et après la guerre de 1914-18. La progression chronologique des récepteurs était intéressante. Plus loin, Léon Dézempte voulait montrer un récepteur à réaction récemment construit et un récepteur à galène agrémenté d’un amplificateur. Comme Léon est un redoutable bruiteur, il avait apporté des haut-parleurs de public-address que nous avons eu toutes les peines du monde à calmer. Beaux appareils, mais à réserver au plein air !
 
Plus loin, Jean-Paul Cipierre qui est non seulement collectionneur mais aussi constructeur nous avait apporté un petit amplificateur d’une exceptionnelle qualité dont les finales sont des ECC 82. Je lui ai demandé expressément de nous livrer un article avec le schéma, d’ailleurs très simple et assurément il nous le fera parvenir. Son petit émetteur local tiré d’un schéma du Mémento Tungsram a soulevé un certain intérêt. Ce sera un bon appoint pour réveiller nos vieux postes quand les stations AM cesseront leurs émissions.
 
La suite était présentée avec deux éléments de Jean Cudraz qui ont intrigué les visiteurs. Un peu pour la collection de téléphones portables, depuis le militaire des années 1960 que l’on ne portait pas dans sa poche jusqu’au petit très actuel. Mais la grosse pièce était ce grand cadre carré de un mètre de côté posé sur un récepteur des années 1925. Certes de construction récente ce cadre était bien représentatif de ce qui s’est fait jadis.
 
Nicolas Blazianu nous a régalés cette année avec une petite série de postes Sonora en bakélite, depuis 1933 avec la Sonorette, jusqu’en 1951 avec l’Excellence 501. Il nous a présenté aussi des magnétophones, dont un à fil d’origine USA daté 1950 et une lourde valise Perfectone-magnéton de 1958. Comme il collectionne la télévision avec compétence, il nous a montré un Bush TV 22 de 1949 en coffre de bakélite de parfaite présentation.
 
Le grand collectionneur local André Colin avait aligné des phonographes de sa belle collection. Appareils parfaitement restaurés et entretenus que l’on faisait fonctionner au grand plaisir des petits comme des grands dont bien peu avaient entendu les sons étranges du gramophone à cylindre de cire avant ces journées.
 
Pour terminer le circuit, nous avions l’exposition de Jean-Michel Roussiau, un fanatique du matériel radio militaire. Il n’est pas venu avec son GMC mais seulement avec des appareils transportables, généralement autour des années 1950, tous en état de fonctionnement.
 
Le dimanche m’a donné l’opportunité de faire une conférence pour le public afin d’expliquer les origines de la T.S.F. et son développement initial.
 
En conclusion, je voudrais donner une anecdote personnelle. L’an dernier, à Radiofilexpo 2003, j’avais eu la visite d’une petite Sophie de 10 ans environ qui était revenue un après-midi accompagnée par sa grand-mère pour se faire expliquer en détails tout ce qui était présenté. Devant cet intérêt bien réel, j’avais proposé à la fillette de la photographier devant un appareil et je lui avais envoyé sa photo en grand format. Quel ne fut pas mon étonnement de la revoir cette année, sa photo en main dans la grande enveloppe que Sophie me montrait, toute réjouie. À la fin des explication, elle montra la photo à Mme Montagné et me demanda à m’embrasser. C’était déjà très touchant pour un papy, mais ce qui m’a le plus ému après mon conseil de bien travailler c’est sa réponse : « Pour vous, je travaillerai bien. »
 
Croyez-moi, cela apaise la fatigue d’une exposition. Ce serait bien si ce que nous montrons entraînait beaucoup de gamins à bien travailler. Je ne déplore qu’une chose c’est l’absence des collèges et des lycées.
 
Serions-nous pas assez forts… ou trop, pour eux !

Jean-Claude B. Montagné

The club The magazine Classified ads Useful addresses I am lost Schematics library Planning of events Reports Links Member area
© Radiofil 2004 - 2017